Le plan d’épargne entreprise et l’épargne salariale

Qu’est-ce que le délit d’entrave ?
24 février 2013
Le plan de sauvegarde de l’emploi et la consultation des représentants du personnel
7 avril 2013

L’épargne salariale est un dispositif qui permet aux salariés et aux dirigeants de se constituer une épargne avec l’aide de l’entreprise.

Aujourd’hui 12 millions de salariés disposent d’un PEE (plan d’épargne entreprise).

Dans un environnement fiscal qui se durcit, donnons quelques explications sur cet inconnu.

 

L’épargne salariale se compose de la participation aux résultats (ou aux bénéfices), de l’intéressement des salariés aux résultats, de l’abondement de l’entreprise, du PEE (plan d’épargne entreprise), du PERCO (plan d’épargne retraite collectif), voire du CET (compte épargne temps).

 

Qu’est un PEE ?

Le plan d’épargne entreprise peut être comparé à un compte titre qui reçoit des OPCVM (SICAV, Trackers ou FCP).

Un OPCVM est un portefeuille de plusieurs milliers d’épargnants qui permet à un épargnant de pouvoir diversifier ses achats d’actions.

Pour clarifier cette explication, si vous souhaitez investir 1.000 € dans des actions soit vous achetez quelques actions en direct, soit vous passez par un OPCVM dont l’actif peut représenter des centaines de millions d’€. Ainsi, au lieu d’acheter une action, vous aurez une part d’une SICAV qui vous permet d’avoir un bout d’un grand portefeuille. Si votre OPCVM a pour référence le CAC 40, vous aurez un peu des 40 actions qui composent l’indice parisien alors que par des achats direct de titres vous auriez que 2 ou 3 actions. L’intérêt réside dans la possibilité de se diversifier à moindre coût. Il est possible d’acheter des SICAV investies en actions (le plus risqué), obligation ou en monétaire (le moins risqué mais rapporte pas grand chose).

 

L’alimentation d’un PEE

Un PEE peut être alimenté par :

1- l’intéressement des salariés aux résultats pour mieux comprendre cliquez ici.

2- la participation aux bénéfices (pour plus d’information cliquez ici).

3- des versements volontaires (pour un maximum de 25% de votre rémunération brute)

4- par l’abondement de votre entreprise. Lorsque vous décidez de bloquer une somme, votre entreprise peut compléter cette somme en ajoutant une contribution supplémentaire. Ainsi, votre entreprise augmente votre épargne. Pour cela, il faut quelle le veille et que les IRP rentrent en négociation

Tous les salariés peuvent y adhérer.

 

Quelle est la fiscalité ?

Lorsque vous recevez de la participation aux bénéfices ou de l’intéressement aux résultats vous pouvez :

1- soit le percevoir, il est à intégrer dans l’impôt sur le revenu

2- soit le bloquer 5 ans dans le PEE, cet argent sera exonéré d’impôt sur le revenu au moment où votre entreprise vous le verse. Ces sommes vont être investies en OPCVM. Vous avez la possibilité de faire des arbitrages entre les OPCVM à tout moment. Au bout de 5 ans ou si vous rentrez dans les cas de déblocages, vous récupérerez cet argent et les plus-values, les intérêts et les dividendes seront totalement exonérés d’impôt sur le revenu (juste 15.5% de prélèvements sociaux sont dus).

 

Le risque

Le risque provient essentiellement des supports que vous choisissez, les OPCVM 100% actions seront plus risqués mais peuvent rapporter plus. L’obligataire est un peu moins risqué mais le risque n’est pas nul. Seul le monétaire vous garanti de récupérer le capital mais ne rapporte pas grand chose.

Le rendement est trop souvent obéré des frais qui sur ce type de placement sont très importants … n’hésitez pas à négocier, surtout si en plus vous mettez en place un PERCO.

 

Edouard Labrousse

 

Comments are closed.